Interview du 20 janvier 2005, velo101.com

Publié le par Karine

Interview de Stéphane Goubert : "j'assume plus un rôle de capitaine de route, mais ça me convient très bien."


Vingtième du Tour de France l'an passé, deux ans après avoir terminé dix-septième, Stéphane Goubert (Ag2r Prévoyance) est un coureur de la chaleur. A bientôt 35 ans, il aborde la saison 2005 dans un rôle de capitaine de route. Avec en point de mire les courses par étapes du mois de juin, le Tour de France voire... le Championnat du Monde.

Stéphane, depuis quand avez-vous repris l'entraînement ?
"J'ai repris cool le 1er novembre, et l'entraînement sur route le 1er décembre. L'intersaison c'est toujours agréable, toujours du repos, faire des choses qu'on peut pas faire dans la saison. Ca a été un hiver rapide. Là, on est fatigués, c'est intense mais pour ma part, je languis de reprendre la saison et de vite arriver aux beaux jours."

 

 

 

 

 


Pendant l'intersaison, vous êtes plutôt chasse, bricolage ou vacances intenses ?
"Cette saison, ça a été plutôt bricolage. Et puis, j'ai été assez sollicité, j'ai essayé de faire plaisir à tout le monde. On profite aussi des copains, des sorties, ça passe vite."

Vous espérez réussir un bon début de saison 2005 ?
"Déja bien meilleur que le début 2004 qui a été très dur. L'ambiance est bonne. Certes les leaders sont partis. Jaan Kirsipuu faisait plus que partie des murs, je dirais des fondations. C'est comme ça, c'est son choix, il faut le respecter. On va essayer et on va réussir à avoir une vie après Jaan. Laurent Brochard, c'est différent, ça ne faisait que deux ans qu'il était dans l'équipe, j'ai d'excellentes relations avec lui, j'adore courir avec lui. Son charisme et ses résultats de début de saison vont manquer. On verra qui va prendre cette place, et qui va s'imposer. Ce sera celui qui marchera le mieux qui deviendra le leader à protéger et plus seulement deux coureurs désignés par avance. On va retrouver un esprit Jean Delatour."

Pour vous, c'est plus de responsabilités ?
"Oui même si l'an dernier, j'en avais déja pas mal. Cette année, j'assume plus un rôle de capitaine de route, mais ça me convient très, très bien. Au moment de mes objectifs, j'espère être à la hauteur et que l'équipe soit à mon service comme ça a été le cas sur le Tour de France passé."

Comment jugez-vous le groupe ?
"Très réceptif, et le groupe est plus en avance qu'en 2004. Maintenant, il faut voir sur le terrain. Il y a déja moins de blessés. J'ai de bons espoirs dans tous les jeunes. Je vois bien une grande année Mark Scanlon."

Quel sera votre programme ?
"Un peu diférent de 2004, j'ai demandé un début de saison assez chargé, avec une récupération au mois d'avril, au niveau courses, parce que je vais faire une grosse charge de travail en vue de la deuxième partie de saison et après bien marcher au Dauphiné, à la Route du Sud et au Tour. J'espère être bien sur Paris-Nice, mais là, tout dépend du temps. C'est certain que si on prend la pluie, la neige, c'est pas pour moi."

Que pensez-vous du débat sur le ProTour ?
"La meilleure réponse, c'est le terrain, bien sûr. Comme c'est clair aussi que, sur toutes les courses, on va pas se mettre la pression avec "il faut être plus forts que les équipes qui sont au ProTour". Sur l'ensemble de la saison, on a les coureurs qui ont les qualités, j'en suis persuadé. J'espère qu'à la fin de la saison, on dira "ils ont leur place dans le top 10 ou dans le top 15, donc dans le ProTour". A nous de prouver, sans se mettre la pression, ni s'user moralement. Il faut prendre les courses comme elles viennent, y aller relâchés. Le moindre résultat qu'on fera n'en prendra que d'autant plus d'ampleur, c'est sur ça qu'il faudra mettre l'accent."

Qui voyez-vous pour prendre la place de Richard Virenque sur des courses par étapes ?
"Chez nous, Nicolas Portal ou Andy Flickinger, qui sort d'une année difficile, ça peut donner quelque chose cette année. Dans les autres équipes, je vois bien Chavanel, Voeckler ou Pineau. Chez Ag2r, je vois bien Samuel Dumoulin dans un coureur de classiques d'un jour. Il est capable de gagner des courses où ça grimpe et des classiques comme le Tro Bro Leon, ça prouve qu'il peut être présent dans des courses comme le Tour des Flandres."

Et vous pour la montagne ? Le Maillot à Pois, c'est une chasse gardée française. Là, c'est vous qui êtes en première ligne ?
"Ca fait rêver. En 1999, je l'ai gagné à travers Richard chez Polti. C'est un grand moment, un grand souvenir. Richard étant un ami, ça serait merveileux de lui succéder mais il y en a beaucoup qui ont la même idée. On verra. Mon objectif est d'arriver en bonne condition au Tour. Pour l'instant, ça ne me trotte pas trop dans la tête. Les candidats seront du côté Moncoutié, Chavanel."

Après le Tour, ce sera quoi ?
"Difficile à dire aujourd'hui, le Tour de France est tellement exigeant. L'équipe de France m'attire. L'an dernier, j'ai décliné la sélection car j'étais au bout du rouleau. A priori, Madrid ça n'est pas un circuit pour moi mais qui sait. En 2005, pas question de faire comme en 2004 où je ne me suis pas assez reposé et je suis arrivé fatigué sur le Tour. J'étais en fin de courbe de forme. A la Vuelta, j'ai explosé. Pas question cette année. Le maillot de l'équipe de France, avec les critiques faites sur nous en 2004, ça me donne encore plus envie de le porter cette année."

Pensez-vous que Lance Armstrong sera au départ du Tour de France ?
"Difficile à dire, c'est un Américain, ils sont tous acteurs, c'est un peu Hollywood ! S'il n'y est pas, je le comprends. Le record, il l'a. Sept Tours, ça ne lui apportera rien. S'il n'est pas là, je vois bien Vinokourov vainqueur, plus que Cunego ou Valverde."

Que vous souhaitez-vous pour cette année ?
"Réussir un grand Tour, c'est le summum, une victoire d'étape. Le général, j'y pense pas, donc tenter autre chose car 15-20 j'ai déja fait. Et puis en mai, être bien au Dauphiné, c'est le siège du service course d'Ag2r. Et puis il y a la naissance du bébé, mais il est encore au chaud, laissons le grandir."

Propos recueillis le 20 janvier 2005.

Publié dans Interviews

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article